Dressage moderne : un jeu de massacre

Dressage moderne : un jeu de massacre

Ayant trouvé d’autres résumés sur le net, je vous fais part ici d’une review condensée de l’ouvrage. Pour un résumé plus détaillé je vous invite à lire la fiche de lecture du blog D’un Cheval l’Autre.

Dans son best-seller, Gerd Heuschmann, cavalier et vétérinaire reconnu, dénonce les pratiques perverses vues sur les carrières de concours et dans les manèges, qui sont acceptées. L’auteur décrit les absurdités actuelles de l’équitation de compétition, de ses enjeux, de ses acteurs, de ses causes, ainsi que des conséquences sur la santé des chevaux. Il donne également des pistes pour redresser la situation. Il entend aussi instruire les cavaliers sur le cheval, son anatomie (surtout les systèmes osseux, ligamentaires et musculaires), sa biomécanique, sa formation, pour que ceux-ci puissent utiliser cette information. Ce livre propose donc, en lui-même, une solution au problème en éduquant le lecteur sur l’utilisation raisonnée et naturelle du cheval. Bien que, ce livre n’a pas pour but de proposer une méthode.

Dressage moderne : un jeu de massacre, Gerd Heuschmann, 2009, 125 pages.

Review

Dressage moderne

Un jeu de massacre?

Ce qui, pour moi, a été une révélation dans ce livre est la découverte du « muscle long dorsal ». On apprend que ce muscle, qui s’étend du garrot à la queue est un des muscles de mouvement les plus puissants dans le corps du cheval. Il s’agit donc d’un muscle de mouvement, et non d’un muscle postural. Même chose pour les muscles de l’abdomen qui n’ont un rôle tonique que lorsque le cheval est en position statique. Chez un cheval qui se déplace les muscles de l’abdomen ainsi que les muscles du long dorsal sont uniquement des muscles de mouvement, ils ne participent pas au soutien du poids du cavalier.

« Tous les jours nous observons dans les manèges du monde entier des cavaliers qui s’évertuent (…) à tirer la tête de leurs chevaux vers le bas. Et personne ne sait pourquoi. »

Personnellement, ma vision a été complètement ébranlé. Tout ce que je pensais savoir était faux, ou presque. On parle toujours des muscles du dos qu’il faut travailler, pour que le cheval arrive à nous porter. Et bien, non…

Les muscles de l’encolure (avec l’action concomitante du ligament nuchal) vont transmettre, au moment de l’extension, une traction sur les longues apophyses épineuses du garrot. Celles-ci sont donc tirées vers l’avant et transmettent cette force au ligament supra-épineux qui soulève le dos et soulage le muscle long dorsal. Dans le jargon, cela s’appelle la contraction supérieure. De ce fait un cheval qui mange au sol peut porter le poids de son thorax et de son abdomen sans faire de grands efforts musculaires.

Mon opinion

Les connaissances théoriques abordées dans l’ouvrage sont incontestablement essentielles pour tous les cavaliers qui veulent monter dans le sens du cheval. Elles sont accessibles et faciles à comprendre, ce qui n’est pas le cas des manuels vétérinaires. En plus, toutes les notions sont illustrées par des images qui mettent en évidence les défauts d’allures du cheval ou les systèmes biomécaniques. Cela permet donc d’exercer son regard afin de discerner les chevaux formés dans le respect de leur nature, des autres.

C’est à notre tour de jouer ! Recherchons les pratiques qui vont dans le sens de la nature du cheval et pas (malheureusement) celles qui nous font gagner des points en compétition.

Que votre journée soit belle !

Une réaction au sujet de « Dressage moderne : un jeu de massacre »

  1. Hello Laurence,

    Je n’avais pas vu que tu avais partagé ma fiche. Un grand merci ! Où te situes-tu en Belgique exactement 🙂 ? Tu suis la forma d’Olivier Roland ?
    bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *