L’équitation n’est pas un sport

L’équitation n’est pas un sport

En tant que cavalier, combien de fois a-t-on entendu cette phrase « Mais, l’équitation ce n’est pas un sport, c’est le cheval qui fait tout le boulot ! », et nous de répondre véhément : « Oui ! Monsieur, l’équitation c’est un sport ! » et de trouver des explications « c’est quand même physique » ou « non ce n’est pas le cheval qui fait tout ».

Mais en y réfléchissant de plus près, est-ce vraiment un sport?

… Je ne crois pas.

Faire de la course à pied, par exemple c’est un sport. Le but de la course à pied pour n’importe quel coureur est soit :

  • de garder la forme physiquement, au niveau musculaire et respiratoire
  • de rester (ou devenir) mince
  • de recevoir une dose d’endorphines (hormones de plaisir et d’euphorie sécrétées par notre cerveau. Pour plus d’infos: www.entrainement-sportif.fr/endorphine.htm)
  • de battre un record (qu’il soit personnel ou non)

Ces objectifs peuvent s’appliquer à tous les sports: de la natation au rugby en passant par le tennis, etc.

En équitation, pour le cavalier moyen (et même pour les professionnels, exceptés peut-être pour l’objectif de record), les objectifs diffèrent fortement: la relation avec l’animal et la communication sont la priorité numéro 1. Sans cela le cavalier peut danser sur sa tête mais le cheval ne fera pas grand chose. Les autres objectifs se rapportent toujours au cheval : l’apprentissage du cheval est primordial (à tous les niveaux), sa forme physique et son bien-être. Le cavalier n’est pas vraiment le sportif mais plutôt le coach dans l’histoire. Les chiens en « agility » font aussi des prouesses physiques, cette discipline n’est pas pour autant considérée comme un sport, mais un loisir.

Etonnamment aux JO, les cavaliers sont plus vieux en moyenne que  les autres sportifs, comme expliqué dans l’article de RFI « En équitation, et en particulier en dressage, près d’une trentaine de quinquagénaires sont ainsi en lice cette année. « En dressage, la moyenne d’âge se situe aux alentours de 40 ans. A 30 ans, on est jeune. Il ne faut pas une force surhumaine pour le pratiquer », explique Emmanuelle Schramm, directrice technique nationale au sein de la Fédération française d’équitation (FFE). » (voir: http://www.rfi.fr/sports/20120802-londres-2012-sont-seniors-jo-hiroshi-hoketsu-equitation).

Il est probablement plus facile de trouver de l’audience et des fonds pour le sport que pour l’art. Transformer l’art en sport n’apporte rien sinon des pots cassés (ou ici des chevaux…). Mais peut-être est-ce simplement le fait que nous préférons être des « sportifs » plutôt que des « artistes », être des « conformistes » plutôt que des « alternatifs ».

Attention, je ne dis pas que l’équitation est facile. Comme le piano, il faut travailler pour arriver à un résultat et oui, on peut avoir des courbatures (comme un pianiste peut en avoir à ses mains). Bien sûr qu’il faut être en forme physiquement pour pratiquer l’équitation. Mais pas seulement, il faut ressentir, il faut vibrer. A cheval, le cavalier doit être équilibriste, danseur, partenaire, sculpteur, peintre, et bien sûr jongler entre tout cela.

Le cheval calme, en avant et droit (Alexis L’Hotte)

Selon moi, l’art est toute oeuvre qui me donne une émotion (que ce soit de la joie, de la colère ou de la peur), cela doit être beau, vivant. Un cheval juste qui danse avec son cavalier est le plus beau des tableaux (et pour cela, pas besoin d’un cheval d’une lignée exceptionnelle, tous les chevaux peuvent danser). Mais ce sont des tableaux que l’on ne voit que trop rarement.

Et Nuno Oliveira, d’une main de maitre, de résumer parfaitement mes élucubrations :

« On a tendance, de nos jours, à oublier que l’équitation est un art. Or, l’art n’existe pas sans amour. Mais celui qui n’a pas la discipline nécessaire et qui ne possède pas la technique ne peut prétendre à l’art. L’art, c’est la sublimation de la technique par l’amour. L’amour, afin qu’après la mort du cheval, vous ayez gardé en votre cœur le souvenir de cette entente, de ces sensations qui ont quand même élevé votre esprit au-dessus des misères d’une vie humaine. » ~ Nuno Oliveira, Oeuvres Complètes

Donc, arrêtons de courir le marathon (ou de le faire courir à nos chevaux). Dansons, aimons, soyons artistes.

Que votre journée soit belle,

Laurence Delhaye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *